Le Wadi Maghara


   C'est dans la région de Maghara (les grottes) que se situent les plus anciennes mines de turquoise du Sinaï, et plus précisément dans une éminence rocheuse de 150m de haut, le djebel Maghara dans le wadi Qenaia.
     Dès l'ancien empire, des galeries basses y furent creusées à l'horizontale sur de très grandes distances  pour suivre les fines veines de turquoise qui s'enfoncent dans la montagne.
   La roche concassée était ramenée à la sortie des galeries pour que les mineurs puissent trier à la lumière du jour les petites masses de turquoise. Malheureusement les anciennes mines sont maintenant méconnaissables suite à l'exploitation intensive à l'explosif de ce site à notre ère.
   C'est sur un plateau situé entre les wadis Qenaia et Igna, à 70 m de haut, que l'on peut voir encore les ruines des habitations des mineurs de l'ancien empire.

Le wadi Qenaia vu du plateau où se trouve le 
campement des mineurs. 
A droite : le djebel Maghara.

 
 
le djebel Maghara.
les ruines des habitations des mineurs

 

   De nombreuses stèles sur le flanc du djebel commémorent les diverses expéditions menées par les pharaons dès l'ancien empire. La plus haut perchée, celle de Sekhemkhet, 3 ème pharaon de la 3 ème dynastie, se trouve encore sur place alors que la plupart des autres reliefs ont étés transportés au musée du Caire au début du siècle pour les sauver d'essais désastreux de réexploitation des mines.

Le relief de Sekhemkhet au sommet du djebel Maghara

Le roi Sanakht, 1er pharaon de la troisième dynastie
British Museum

 


Une reproduction de la stèle de Djoser telle que l'ont vue
les premiers explorateurs à la fin du siècle dernier



 
 
 
 
 
 
 
 
 

Carte du site
Plate XV
The inscriptions of Sinaï Part 1
Gardiner & Peet
EEF London 1917